TMNT - As Geek As Got

TMNT

TMNT Nintendo DSToujours à la recherche d'un bon jeu sur Nintendo DS, j'ai essayé dans un grand moment de désespoir TMNT alias Teenage Mutant Ninja Turtle (les Tortues Ninja quoi!) et au risque de vous surprendre j'ai apprécié ce titre. Pour résumer, il s'agit d'un espèce de Prince of Persia très très light accessible pour les trois ans et plus. Le jeu parfait pour l'été en somme...

Bon, je sens qu'il va falloir que je me justifie et que je déçoive ceux qui pensaient que mon introduction était ironique. Sérieusement, je me suis bien amusé tout au long des quinze niveaux du jeu et je ne vais pas le démonter dans les paragraphes suivants.

On commence par les bons côtés de TMNT version DS. Les graphismes tout d'abord, avec des mondes en 3D plutôt jolis et d'un bon niveau pour la petite portable de Nintendo. Sans être ultra détaillée, elle propose des environnements variés et bien modélisés qui s'offrent en plus le luxe d'être lisibles dans presque toutes les situations.
Comme chaque niveau est avant tout d'un parcours d'obstacles, le joueur n'a que peu de liberté de mouvement. Mais cela vaut le coup d'explorer un peu les zones entre deux sauts car on peut trouver des raccourcis ou des bonus supplémentaires.

Mais là où le moteur du jeu tire son épingle du jeu, c'est lors des phases de sauts où notre tortue bondit à qui-mieux-mieux de toits en gouttières sans le moindre ralentissement. C'est dans ces moments-là que le jeu est le plus prenant, bien que les contrôles soient excessivement limités: les boutons Y,X et A servent à aller respectivement à gauche, tout droit et à droite tandis que le bouton B est dédiée aux actions contextuelles (attraper une corde, se tenir à une rambarde ou prendre de la vitesse).
Et? Et c'est tout! La simplicité extrême des commandes durant les phases de sauts ne sont pas pénalisantes du tout et on s'amuse à faire virevolter sa bestiole le plus rapidement possible le long du chemin imposé. Car ne croyez pas que les quatre options sont présentes à chaque saut, quand vous en avez deux c'est déjà pas mal!

Reste les phases de combat, tout aussi limitées que les phases de plate-forme. On dirige notre tortue ninja avec le pad, B pour taper (on peut même déclencher un combo en appuyant trois fois rapidement sur B) et A de temps en temps pour achever un ennemi à terre.
Même les combats contre les boss se limitent souvent à se mettre devant eux et à appuyer en cadence sur B.

Si on ajoute que le reste de la réalisation ne casse pas trois pattes à un canard unijambiste avec ses musiques fades, son histoire bateau, ses images fixes entre les missions et le peu d'utilisation de l'écran tactile, vous vous demandez bien ce que j'ai pu trouver à TMNT.
Je pense que c'est l'extrême simplicité du jeu qui m'a bluffé ainsi que sa très grande facilité. J'ai pris du plaisir à dédier deux neurones pour contrôler ma tortue en laissant le reste de mon cerveau se reposer. Tout est simple, on est jamais bloqué et on recommence rarement une mission. Typiquement le genre de jeu qu'il me fallait pour me réconcilier avec ma DS.

Car à mon avis, cette console ne devrait proposer que des petits jeux dont les parties durent moins de dix minutes (comme cette cartouche), pour se faire plaisir dans les transports en commun, aux toilettes ou encore en faisant la queue chez le médecin. Il faut dire que le mode veille de la console est nettement moins bon que celui de la PSP.
Evidemment ce n'est pas un titre inoubliable et mettre 40€ dedans, même pour le petit cousin de 6 ans un peu teubé, est sûrement du gaspillage. Néanmoins je ne me voyais pas casser un jeu qui m'a bien amusé alors je n'ai pas été aussi méchant que le testeur de jeuxvideo.com.

Kowabunga!

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

une création Spoutnik Concept