Burnout Dominator - As Geek As Got

Burnout Dominator

Burnout DominatorJe suppose qu'il ne me sera pas nécessaire de vous présenter cette série de jeux de caisse bien violente où tous les coups sont permis et dont une nouvelle version va sortir dans les jours qui viennent. Exceptionnellement je vais vous proposer un test original: le test du même jeu sur deux machines différentes à savoir Burnout Dominator sur PSP et PS2.
Je vous avoue tout de suite que ce sera facile, les deux versions étant quasiment identiques!

Et quand je dis identiques, ce n'est pas un mensonge. À quelques détails graphiques supérieurs et une prise en main légèrement différente, le jeu PS2 est une copie conforme de la version PSP. Le contenu est identique, la bande son et le gameplay également.
Après, tout est une affaire de goût et certains préfèreront la version PS2 pour le plaisir de jouer sur un grand écran tandis que d'autres, dont je fait partie, apprécieront de pouvoir se faire une partie de cinq minutes à n'importe quelle occasion.

Puisqu'on parle graphisme, il y a un inconvénient aux meilleurs graphismes de la version PS2: le jeu est beaucoup plus fouilli que la version portable. Mais dans les deux cas, on souffre beaucoup du manque de visibilité, en particulier quand on roule à 300km/h en sens inverse et qu'on distingue mal les voitures et le décors sur lesquels on fonce.
C'était déjà un problème dans les versions précédentes mais les développeurs ont préféré augmenter la complexité de la 3D plutôt que la rendre plus claire.
Néanmoins on reste impressionné devant le niveau de détails des circuits et devant l'animation sans faille. En attendant les versions pour les consoles next-gen, Burnout Dominator PS2 est le plus beau des Burnouts.
J'avais lu quelque part que le jeu était 30% plus rapide que Burnout Revenge. Sans pouvoir le vérifier vraiment, je peux vous dire qu'effectivement le jeu semble plus rapide. Une fois les deux ou trois premières séries débloquées, on se retrouve avec des bolides particulièrement rapides qui poussent les réflexes des joueurs à leurs retranchements. Encore une fois, on profiterait plus de cette impression de vitesse si la visibilité était supérieure...

Mais le plus gros problème de ce titre, mis à part son total manque d'originalité, c'est la façon honteuse dont l'ordinateur triche pour se maintenir au niveau du joueur. Pardon, c'est l'adaptabilité de l'IA à la façon de jouer de l'utilisateur.
Les développeurs ont bien essayé de faire illusion, comme par exemple en faisant commencer le joueur en troisième position à chaque course, mais nous ne sommes pas dupes longtemps (et le quatrième coureur nous rattrape encore plus rapidement que cela). En gros, que vous vous crashiez tous les 50m ou que vous enchainiez 18 burnouts à la suite (mon record actuel), vos adversaires ne seront jamais loin.
Y'a des joueurs que ça ne dérange pas mais personnellement ça m'énerve au plus haut point. À quoi ça sert de mettre en place une compétition si les dés sont pipés dès le départ?

Et comme je l'ai dit plus haut, le manque d'originalité plombe littéralement le jeu. Si quelques uns des défauts de Burnout Revenge ont été corrigés, le jeu n'apporte aucune idée nouvelle coté gameplay.
Le mode crash a disparu et j'en suis bien content. Si c'était encore sympa sur la version PSP précédente (malgré les temps de chargement plus longs que les parties elles-même) on était obligé de passer par ses épreuves dans la version PS2, ce qui était bien lourd.
Par contre la gestion du turbo, permettant de cumuler des burnouts et ainsi multiplier les points que l'on gagne, est sympathique. Ok, ce n'est pas une vraie nouveauté mais vu que j'ai peu joué aux deux premiers Burnouts, ça me donne l'impression d'un peu de changement. Effectivement, c'est pas grand-chose...
Les musiques ont été mise à jour mais on ne peut pas dire que ce soit une réussite. Les titres retenus sont beaucoup trop mous et trop fades.

D'ailleurs fade est l'adjectif qui convient le mieux à ce burnout d'honneur pour la PS2. À force de nous servir toujours le même plat, les développeurs ont réussi à faire perdre tout intérêt à cette série qui avait pourtant renouvellé le genre. On peut toujours trouver du plaisir à jouer à Burnout Dominator mais l'impression de réchauffé rend l'expérience oubliable.
J'espère sincèrement, sans trop y croire, que les versions next-gen apporteront une bouffée d'air frais à cette série qui commence sérieusement à sentir la naphtaline.

Commentaires

res peu de gens savent ce que sait merci pour ce topic

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

une création Spoutnik Concept


Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/squarego/agag/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 729